The Monsieur Louis Jourdan Archive     |   HOME


Introduction to "Monsieur Louis Jourdan"   |   Louis Jourdan dans Ciné Revue   |   Cinémonde Article Octobre 1952   |   Orange Cinema Biographie de Louis Jourdan   |   L'Encyclopédie Du Cinéma   |   Louis Jourdan interviewé par Cinémonde 1948   |   Biographie de Louis Jourdan   |   Grand Dictionnaire Illustré du Cinéma   |   Olivier Barrot évoque Louis Jourdan   |   Légion d'Honneur   |   Louis Jourdan in Paris Match 1949   |   Les Séduteurs Du Cinéma Américain   |   Louis Jourdan Reads Baudelaire   |   Le beau ténébreux à l'écran   |   Jacques Becker & Rue de l'Estrapade   |   Jacques Tourneur & Anne of the Indies   |   Press Clippings from Bonne Soirées   |   Louis Jourdan Promotional Novelties



Louis Jourdan Reads Baudelaire


Les Fleurs Du Mal.
Read by Louis Jourdan (1956).


Two poems from the LP



L'Idéal

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.

Je laisse à Gavarni, poète des chloroses,
Son troupeau gazouillant de beautés d'hôpital,
Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses
Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal.

Ce qu'il faut à ce cœur profond comme un abîme,
C'est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,
Rêve d'Eschyle éclos au climat des autans ;

Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,
Qui dors paisiblement dans une pose étrange
Tes appas façonnés aux bouches des Titans !

                                      Charles Baudelaire





Au Lecteur


La sottise, l'erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.
Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches;
Nous nous faisons payer grassement nos aveux,
Et nous rentrons gaiement dans le chemin bourbeux,
Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches.
Sur l'oreiller du mal c'est Satan Trismégiste
Qui berce longuement notre esprit enchanté,
Et le riche métal de notre volonté
Est tout vaporisé par ce savant chimiste.
C'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent.
Aux objets répugnants nous trouvons des appas;
Chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,
Sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.
Ainsi qu'un débauché pauvre qui baise et mange
Le sein martyrisé d'une antique catin,
Nous volons au passage un plaisir clandestin
Que nous pressons bien fort comme une vieille orange.
Serré, fourmillant comme un million d'helminthes,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de démons,
Et quand nous respirons, la Mort dans nos poumons
Descend, fleuve invisible, avec de sourdes plaintes.
Si le viol, le poison, le poignard, l'incendie,
N'ont pas encore brodé de leurs plaisants dessins
Le canevas banal de nos piteux destins,
C'est que notre âme, hélas! n'est pas assez hardie.
Mais parmi les chacals, les panthères, les lices,
Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents,
Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants,
Dans la ménagerie infâme de nos vices,
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde!
Quoiqu'il ne pousse ni grands gestes, ni grands cris,
Il ferait volontiers de la terre un débris
Et dans un bâillement avalerait le monde.
C'est l'Ennui!- L'oeil chargé d'un pleur involontaire,
Il rêve d'échafauds en fumant son houka.
Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat,
Hypocrite lecteur, mon semblable, mon frère!

                                      Charles Baudelaire